Restauration rapide : les 6 commandements du franchisé

12 juin 2018

Le secteur de la restauration rapide propose un large de choix de concepts. Sylvain Castellani et Florence Martini, associés d’Absoluce, réseau d’expertise comptable et de conseil, donnent les clés de réussite aux franchisés en herbe.

200 réseaux différents, 15000 points de ventes, un chiffre d’affaires de presque 20 milliards d’euros : la restauration rapide est un marché porteur. Ouvrir un point de vente en franchise peut multiplier les chances de succès, à condition de bien maîtriser les différentes étapes.

Choisir son concept en fonction de ses propres valeurs

Le futur franchisé devra étudier attentivement l’offre des différentes franchises : leur ancienneté, leur solidité financière, leurs conditions d’exclusivité géographique, le soutien opérationnel qu’elles apportent, la possibilité de discuter avec plusieurs franchisés existants, etc. Il s’agira ensuite de sélectionner un concept par rapport à ses capacités financières bien sûr, en portant un regard critique sur le business plan fourni et en le retravaillant soi-même, de préférence avec un expert-comptable, mais surtout par rapport à ses propres valeurs. Difficile d’ouvrir un point de vente vegan si on adore les steacks saignants ! Plus sérieusement, il est essentiel de discuter longuement avec la direction de la franchise pour vérifier si l’on se sent « en phase ».

Décrypter le contrat de franchise

Contrat de franchise lui-même, document d’information précontractuel (DIP), livre blanc (qui édicte les règles de bonne conduite entre franchiseur et franchisé) : ces domaines juridiques sont rarement maîtrisés par le futur franchisé. Or il est absolument essentiel de décrypter ce que les différentes clauses impliquent concrètement, au quotidien, comme assistance en termes de recherche de financement, puis de formation, de communication, de constitution de stocks…, et à l’inverse comme obligations, notamment en termes de redevances et de reporting.

D’opérationnel, devenir aussi gestionnaire

Il n’est pas rare qu’un futur franchisé soit ancien salarié de la franchise. Mais attention, bien connaître le fonctionnement quotidien d’un point de vente n’est absolument pas une garantie de succès. Le franchisé va devenir chef d’entreprise : il va passer de l’autre côté du miroir, et ça change tout ! Il va devoir apprendre à maîtriser les aspects comptables, fiscaux, règlementaires, la gestion, les ressources humaines, la promotion…

La gestion sociale, l’un des enjeux clés

En moyenne, un franchisé emploie 7 équivalents temps plein. Ce chiffre peut être bien supérieur selon la franchise retenue. Fiches de paie, charges et déclarations sociales, gestion des congés, des carrières : c’est certainement dans ce domaine que le franchisé aura le plus intérêt à se faire accompagner pour être parfaitement en règle et fidéliser son équipe.

Choisir les bons indicateurs clé

Comme pour toute entreprise, le franchisé devra s’organiser administrativement, « border » sa gestion, choisir les bons indicateurs clé : évolution du chiffre d’affaires certes mais surtout du taux de marge, du ratio frais de personnel/chiffre d’affaires, du nombre de couverts, du panier moyen, des déchets, de la répartition des remises de fin d’année, avec un suivi dans le temps et un comparatif avec les autres franchisés du réseau.

Choisir ses conseils

Le franchisé aura tout intérêt à sélectionner avec soin son expert-comptable, qui pourra être son co-pilote, l’accompagner, et auquel il pourra externaliser sa comptabilité, sa paie et son suivi de gestion.

Organisation au top, gestion performante, un bon conseil : et la réussite est au bout du chemin !

En savoir plus sur ABSOLUCE Franchise en cliquant ici