16
jui

Certains experts-comptables mènent de front leur mandat électoral de maire, maire-adjoint ou conseiller général, avec la gestion de leur cabinet. Portraits «d’équilibristes» engagés.

Hervé Pichery, expert-comptable au bureau KPMG de Montargis, démarre sa semaine le lundi matin au cabinet, comme tous ses confrères. Le mardi en revanche, il prend le chemin de la mairie de Coullons, petite commune de 2400 âmes au cœur du Loiret, dont il est le premier magistrat. De même le week-end, ainsi qu’en soirée si les réunions l’exigent. « Au total, je consacre quinze à vingt heures hebdomadaires à la mairie », précise Hervé Pichery. Joseline Jézéquel est pour sa part maire-adjointe aux finances de Guiclan (2400 habitants également) dans le Finistère et associée au cabinet Sofico Bretagne de Morlaix. « Nous organisons une réunion hebdomadaire entre élus à la mairie, en soirée, et je consacre mes week-ends et une partie de mes congés au mandat », explique l’expert-comptable. De fait, les professionnels du chiffre qui optent pour la politique locale et obtiennent des responsabilités ont un agenda serré. « Entre les obligations du cabinet et celle de la mairie, il faut avoir un excellent sens de l’organisation et être bien entouré, avec des associés complémentaires », reconnaît Claude Bourdil, fondateur du cabinet Sygnatures Bourdil d’Auch (réseau Absoluce), en retraite depuis 2012 et qui exerce trois mandats : « Je suis conseiller municipal délégué à la gestion budgétaire et financière de la ville d’Auch qui compte 23 500 habitants, vice-président de la communauté d’agglomération Grand Auch et conseiller général du Gers », précise l’expert-comptable.

Des compétences appréciées

Hervé Pichery reconnaît pour sa part que le fait de travailler chez KPMG, dans un groupe où il n’a pas les tracas pratiques des petits cabinets (tels que les soucis informatiques, par exemple), lui apporte une certaine sérénité : « Par ailleurs je peux m’appuyer sur une équipe municipale compétente, tant chez les conseillers que les agents d’encadrement ». L’engagement de ces experts-comptables hors du commun relève de leur volonté de s’impliquer au plan local et ils font bien souvent état d’un long parcours associatif : « J’ai rejoint l’Ifec dès que je me suis installé à mon compte, explique Claude Bourdil. J’ai été élu au Conseil de l’Ordre puis j’ai abandonné le syndicalisme lors de mon premier mandat à la mairie d’Auch, en 1988 ». Quant à Joseline Jézéquel, c’est par le biais de son association de parents d’élèves qu’elle s’est fait connaître auprès de la municipalité, qui l’a sollicitée voici trois mandats. « Je ne me considère pas comme faisant de la politique, mais plutôt comme engagée auprès de mes concitoyens », souligne-t-elle. Lorsqu’ils sont appelés aux responsabilités, les hommes et femmes du chiffre se trouvent bien souvent en charge des affaires financières. « Notre expérience professionnelle est précieuse, estime Hervé Pichery. Elle permet notamment d’appréhender les enjeux financiers, l’organisation, la gestion du risque et le management ». Ce que confirme Claude Bourdil, en précisant : « L’expert-comptable apporte à la mairie une certaine vision de l’équilibre financier, une vigilance vis-à-vis des emprunts et en matière de management, une culture de l’évaluation du travail des services ». La mairie d’Auch a ainsi mis en place un suivi de ses services à l’aide d’indicateurs et le fonctionnement en mode projet, issu de la culture d’entreprise, s’est généralisé.

Un gage de sérieux pour les clients

Pour l’expert-comptable également, le fonctionnement des services publics est riche d’enseignements : « Le budget est l’acte financier le plus important dans le fonctionnement d’une collectivité, alors qu’en entreprise, on se focalise sur le bilan, explique Claude Bourdil. La vision stratégique pluri-annuelle des collectivités est de ce fait un point fort, dont les petites entreprises qui vivent trop souvent au jour le jour gagneraient à s’inspirer ». Rien de plus formateur, donc, que de décliner un programme politique sur six ans, en stratégie ad hoc. Dévoreuse de temps, la vie politique locale exige une disponibilité complète, qui oblige souvent les experts-comptables à sacrifier leur temps libre et leurs loisirs. Mais le mandat apporte son lot de satisfactions aux professionnels concernés, et en premier lieu, celui d’être utile à tous. Il renvoie également une image de sérieux aux clients du cabinet car il témoigne d’un investissement et d’un ancrage local.

Par Olga Stancevic
actuel-expert-comptable.fr

0 Pas de commentaire

Comments are closed.