13
jui

Le tribunal administratif de Nîmes a admis, dans une décision du 27 mars 2014, l’utilisation d’un test salivaire pour détecter un risque lié à la consommation de drogue. Cette décision vient en contradictions avec les avis émis par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie et le Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, qui considèrent qu’il s’agit d’un examen de biologie médicale réalisable uniquement par le médecin du travail.

Comments are closed.