04
ao

Le règlement intérieur fixant les conditions de contrôle de l’état d’ébriété des salariés doit être respecté, à défaut, le licenciement prononcé à l’encontre du salarié ivre sur son lieu de travail est sans cause réelle et sérieuse. En l’espèce le règlement intérieur prévoyait un alcootest uniquement pour les salariés dont le comportement pouvait être dangereux. Or, le salarié avait fait l’objet d’un contrôle collectif sans que son état ne présente un état d’ébriété apparent (cass. soc. 2 juillet 2014)

0 Pas de commentaire

Comments are closed.