10
nov

Les juges confirment leur décision précédente : Les propos tenus par un salarié, démontrant l’existence d’une mésentente entre celui-ci et son supérieur direct, sans pour autant caractériser une volonté d’obstruction et de désobéissance frontale ou larvée, ne constituent pas une faute.(Cass. soc. 24.09.2014)

Comments are closed.